my USI

PROSPECTIVE

La Blockchain : plongez au coeur des enjeux technologiques, économiques et sociétaux du 21° siècle

Ce qui est appelé « technologie Blockchain » est une base de données distribuée, comme un « grand livre » qui récapitule un ensemble de transactions protégées contre la falsification. Les transactions reposent sur cette « chaine de blocs », cet historique, infalsifiable, auto-régulé et public.

C’est principalement grâce à cette technologie que le Bitcoin a eu un rôle à jouer au moment de la crise des Subprimes en 2008. L’objectif était de prendre le relais de la confiance accordée aux autorités centrales pour faire de la banque sans les banques.

Utilisée et testée depuis plus de sept ans, la Blockchain n’est plus réservée aux transferts financiers mais à un nombre de secteurs bien plus important, aussi bien privés que publics.

Dans le cadre de cette conférence nous aborderons trois enjeux :
- Comprendre la technologie Blockchain, son fonctionnement, ses contraintes et limites.
- Où en est-on ? Quelle est la maturité des technologies ?
- Avez-vous besoin de la technologie Blockchain dans votre secteur d’activité ? Quels sont les « use case » ?

FinTech : concurrents ou partenaires ?

Les FinTech se glissent dans les interstices du marché, en répondant à des attentes des clients peu satisfaites par les banques traditionnelles.
Même si la licence bancaire semblait encore protéger les acteurs historiques, une brèche s’est ouverte laissant la place à des acteurs comme Alibaba, géant de l’e-commerce qui lance sa banque ex-nihilo. On pense également à Fidor, banque allemande qui, en ouvrant ses API, s’apprête à étendre son activité en Angleterre et aux Etats Unis.
Dans un climat de reprise atone, les États ont de leur côté compris que l’émergence de ces nouveaux acteurs pouvait contribuer à la relance de l’économie. Comme révélateur de ce constat, on peut citer les valorisations respectives de Credit Karma (1 milliard de dollars), de Square (6 milliards de dollars) ou plus récemment les introductions en bourse de LendingClub ou de OnDeck, etc.
Dans ce contexte, quelle posture adopter lorsque l’on est un acteur historique ?
Deux grandes stratégies semblent se dessiner. La première consiste, au travers de partenariats ou des prises de participation via des incubateurs, à revenir dans le jeu sans assumer l’intégralité du risque. Barclays, CommerzBank, ou encore BBVA sont les précurseurs. L’autre stratégie, plus ambitieuse et donc plus risquée, est de s’inspirer de ces nouvelles approches pour se transformer de l’intérieur… c’est en tout cas le choix de BREBank ou de CBA.
Le cadre réglementaire autour de la finance participative devrait chahuter rapidement le secteur bancaire français. Alors quelle stratégie choisiront les acteurs français ?

Pour aller plus loin :

L’assurance à l’ère digitale

L'assurance n'en est qu'à l'aube de sa révolution digitale.

Si ce secteur très réglementé a, pour le moment, échappé aux mouvements de disruption, les sujets n'en sont pas moins nombreux et touchent désormais aux coeurs métier. Dans ce contexte, les activités VIE sont mises à l'épreuve par l'essor des FinTechs.

Dans un monde en profonde mutation et pour satisfaire des clients toujours plus exigeants, l'assurance doit changer et sortir d'une logique "produit" pour entrer dans une logique de "service". Elle doit désormais se faire le reflet des évolutions de la société : uberisation, évolution des risques...

Le wearable computing

We Are Able : capables de quoi ? Mais de tout.

Il faut considérer ces nouveaux objets intelligents comme bien plus que des gadgets qui vont s’échanger sous le sapin. Leur ambition est bien *d’améliorer notre vie*. Les premiers domaines d’application visés sont notamment dans la santé sur les sujets du diabète, de l’obésité ou encore des maladies cardio-vasculaires. On parle même d’un marché (matériels, logiciels et services) estimé à plus de 40 Md de $ d’ici à 2020.

Le monde est-il prêt pour cette nouvelle disruption technologique ? Nous en sommes intimement convaincus. L’explosion des smartphones a permis d’établir quelques standards clés qui sont des fondements : 4G, Bluetooth Low Energy, NFC sans oublier les écosystèmes de développement d’applications mobiles.

Les montres intelligentes captent l’attention médiatique et elles ne sont que la première manifestation tangible d’une toute nouvelle classe de produits. Des pans entiers de l’industrie sont en mouvement dans les domaines de la domotique, l’habillement, les capteurs intelligents, la bijouterie, les lunettes ou les casques immersifs.

Quant au smartphone, loin de se faire détrôner, il devient le maitre d’orchestre de ces nouveaux capteurs, notre porte d’entrée dans cet univers numérique.

Banque digitale : comment les FinTech montrent la voie ?

Les signes avant-coureurs sont là : baisse de la fréquentation des agences bancaires, enrichissement des offres permettant de souscrire quasiment tous les produits financiers en ligne, tendance du mobile first : « n’importe où, n’importe quand et quand je le souhaite », et surtout, arrivée de nouveaux acteurs alliant technologies et services financiers, les FinTech.

Les Banques traditionnelles n'ont plus le choix, elles doivent agir en prenant en compte ces nouveaux acteurs. Cette présentation vous donnera quelques pistes pour prendre le virage digital : devenir data driven, travailler sur les Big Data, concevoir des architectures en temps réel, s’intégrer aux réseaux sociaux ou encore s'ouvrir à l'Open Innovation. Francisco González – CEO de la banque espagnole BBVA – estime que d’ici 10 ans, et à l’échelle mondiale, peut-être seulement une centaine d’acteurs bancaires résisteront à cette déferlante numérique. La digitalisation est en route et les usages bancaires ne feront pas exception (…) avec ou sans les banques !

Les FinTech, elles-mêmes, ont peur de l’arrivée d’autres acteurs car, bien que disruptives, elles savent que le changement peut aujourd’hui être rapide. Il est plus que jamais temps d’écouter le conseil de Chris Skinner : « it’s better to own the disruption than to be eaten by it ».

Pour aller plus loin :